· 

Clartés61

Voici quelques articles du journal du pôle missionnaire "Clartés 61"

pour voir l'intégralité ou les autres articles nous vous invitons à faire une demande d'abonnement.  

tarif: Le numéro: 2.40€

                                                          A l'année:  12€

 

l'énergie de la jeunesse !


Sommaire

  • Le coin des enfants
  • Lourdes, une expérience aux multiples facettes
  • Un pèlerinage à Alençon-Lisieux, le 21 avril.
  •  Et cette année que nous offre le mois de mai, à l’Oratoire ?

 


Le coin des enfants .


Lourdes, une expérience aux multiples facettes

 

Chaque année dans le cadre du pèlerinage diocésain, il nous est proposé de vivre une belle expérience à Lourdes. Une expérience aux multiples facettes : comme malades ou comme hospitaliers au service des Malades, comme jeunes avec le Pélé Jeunes ou comme adultes valides, venant découvrir Lourdes et tous ses aspects.

 

Pour lire la suite acheter le journal merci

 


Un pèlerinage à Alençon-Lisieux, le 21 avril

Pour confier à Thérèse et à ses parents la deuxième tranche de la    restauration de Saint-Julien…13juillet 1924, pose de la première pierre de l’église Saint-Julien de Domfront. 10 octobre 1926, bénédiction de la nouvelle église. 2 avril 1923, béatification de sœur Thérèse de l’Enfant Jésus. 17 mai 1925, sa canonisation à Saint-Pierre de Rome. Ce rapprochement de dates éclaire le choix de l’abbé Édouard Dutertre, le courageux bâtisseur de notre église, de choisir notre sainte compatriote comme “trésorière de son Œuvre”et de la faire représenter à la gauche du Christ Pantocrator sur la mosaïque du chœur de l’église. On comprend aussi cet autre choix de remettre à l’intercession de Thérèse la première tranche de la restauration de Saint-Julien lors d’un pèlerinage à Alençon le 15 octobre 2012. Pour remercier Thérèse de ce qu’elle a accompli et lui confier la deuxième tranche des travaux dont la définition est en bonne voie, laissant espérer leur commencement en 2019, la paroisse et les Amis de l’église Saint-Julien organise un nouveau pèlerinage le 21 avril 2018, ouvert à tous les amoureux de Saint-Julien, cette fois-ci à Alençon et à Lisieux. Nous élargirons notre démarche spirituelle aux parents de Thérèse, les saints Louis et Zélie, canonisés le 18 octobre 2015. Au cours de ce pèlerinage, nous recevrons un reliquaire de ce premier couple canonisé ensemble. Il trouvera place dans la chapelle Sainte-Thérèse, en l’église Saint-Julien. Sur la sculpture de Camille Debert, Thérèse nous présenteun livre ouvert avec ces mots : “Ma vocation, c’est l’amour”. Un amour à vivre en famille, mais aussi en société pour qu’elle devienne plus humaine et en l’Église pour qu’elle soit famille de Dieu. En venant prier devant cette chapelle, nous porterons désormais cette belle intention avec la famille Martin qui a su, dans l’ordinaire de sa vie, incarner ces divers aspects de l’amour. Notons que parmi les pèlerins qui accompagnaient Thérèse à Rome, lorsqu’elle se rendait solliciter du pape Léon XIII la grâce d’entrer au Carmel à 15 ans, figure le curé de Domfront, l’abbé Émile Amiard. Né à Fresnesen1832, il fut ordonné prêtre en 1857. Après plusieurs charges, il fut nommé curé-archiprêtre de Domfront et le demeura… 27 ans. J’ose espérer pour vous qu’une telle calamité ne se reproduira jamais plus !


Et cette année que nous offre le mois de mai, à l’Oratoire ?

Un mois marqué par la décision de Mgr Habert de consacrer notre diocèse à la Vierge Marie. Cette annonce, il l’a faite à l’occasion de l’anniversaire de ses sept ans d’ordination. Dans une lettre adressée aux catholiques du diocèse, il mesure le chemin parcouru dans quatre grands domaines :

 

-Le découpage territorial qui, avec les dix pôles missionnaires, permet de regarder plus sereinement les années qui viennent.

 

- La mission et les initiatives prises dans la dynamique de l’exhortation de notre pape : “La joie de l’Évangile”. Telle la visite pastorale du monde rural que notre évêque prépare et qui n’est pas sans nous concerner.

 

-La dimension diaconale de notre vie chrétienne. Ce sont tous les services rendus au quotidien et la présence auprès des plus défavorisés (personnes isolées, prisons, migrants…)-Et enfin le dynamisme des sanctuaires, particulièrement, ceux d’Alençon et de Montligeon au rayonnement très large. Mais Mgr Habert reste soucieux des vocations (de prêtres, de consacrés mais aussi de laïcs “missionnaires”…). Et cette intention, il nous invite à la confier avec lui à la Vierge Marie. Cet événement aura lieu le dimanche 13 mai prochain à 15 h 30, à la cathédrale de Sées car il concerne le diocèse tout entier. Mais, comme convenu, Mgr Habert célébrera le matin l’eucharistie à l’Oratoire de Passais. Ainsi pourrons-nous porter avec lui, dans la prière, les intentions de notre diocèse et participer à son élan missionnaire. L’après-midi, lors de la prière mariale à 15h, nous nous unirons à l’acte de consécration du diocèse à la Vierge Marie. La semaine précédente, le dimanche 6 mai, nous aurons le bonheur d’accueillir les sœurs de la Nouvelle Alliance dont nous avions apprécié la présence l’an passé. La fête de l’Ascension sera présidée par Mgr Gilbert Louis, évêque émérite de Châlons-en-Champagne. Après la prière mariale de 15 h aura lieu à 16 h 15 un concert de l’Ascension avec deux musiciens des Musiques Originales de la Grande Europe. À la Pentecôte, nous accueillerons le Père Édouard Leger, curé de la paroisse bienheureuse Marguerite de Lorraine (Argentan), venu l’an passé avec quelques séminaristes de notre diocèse et de la région. Le 28 mai, enfin sera le pèlerinage des personnes malades ou âgées de notre pôle et d’au-de là qui pourront recevoir l’onction de malades. Des membres de l’Hospitalité de Lourdes témoigneront de la beauté et de l’importance de ce qui se vit lors des pèlerinages à Lourdes.

 


Une pièce de musée à faire revivre

Un don qui relance…Mme Raymonde Chatel avait souhaité des dons pour son église, et plus particulièrement pour l’orgue, lors de ses funérailles. La somme recueillie, environ deux mille cinq cents euros, représente plus de la moitié des besoins nécessaires pour une première phase de la remise en route de l’orgue.…un projet en sommeil Il y a une dizaine d’années André Gautrin avait accueilli Fabien Desseaux qui était organiste titulaire de l’église Notre-Dame des Andelys et préparait une thèse de Doctorat à l'Université de Paris-Sorbonne sur “Les orgues à quatre tourelles en Normandie du XVIe siècle à nos jours, étude artistique, historique et technique des buffets d’orgues et des instruments.” Lors de sa visite Fabien Desseaux est monté sur la plateforme de l’orgue, s’est assis devant le clavier et s’est mis à jouer des gammes.Dix minutes plus tard, visiblement satisfait, il livrait à André Gautrin ses premières impressions : “Remarquable ! Votre orgue est remarquable ! Il est complet, ce qui est rare. Ses sonorités sont très belles.” Le soir, après avoir passé une journée à l’intérieur de l’orgue, examinant et photographiant les tuyaux et les mécanismes il rendait un diagnostic plus précis : “Votre orgue a visiblement déjà subi une opération de restauration et il en a besoin d’une nouvelle. Il y a des bois abîmés, du zinc, des soudures grossières…”.Une véritable pièce de musée ancienne et rare. Nous savions que l’orgue était inscrit à l’inventaire départemental des Monuments Historiques. Fabien Desseaux nous a appris que nous possédions un trésor. Quinze orgues à quatre tourelles furent fabriqués en Normandie au cours des siècles, la plupart au XVIe. Il en reste onze aujourd’hui,dont celui de La Chapelle-d’Andaine, le seul de l’Orne. Offert par une bienfaitrice chapelloise, probablement dans les années qui ont suivi la fin de la Seconde Guerre mondiale, cet orgue d’occasion proviendrait du couvent des Bénédictines de Rouen. La restauration de l’orgue : une urgence !Comme tous les orgues de la région, il a beaucoup souffert de la canicule de 2003 ;Thierry Barreau organiste titulaire, était obligé d’ouvrir le buffet de l’orgue pour ajuster des notes. La paroisse signala le besoin de restauration à la mairie de La chapelle d’Andaine en fin 2007.Par courrier du 15 avril 2013 elle indiquait que le grand orgue n’était plus utilisable. Un projet à mener à terme Nous savons que la restauration relève obligatoirement de la Drac (Direction Régionale des Affaires Culturelles) de Normandie. Une association de sauvegarde du patrimoine va devoir être créée conjointement avec la commune. Nous sommes actuellement à la recherche de bonnes volontés pour monter cette association, ainsi que de tous documents pouvant contribuer à enrichir ce dossier.